L’industrie de la restauration est un écrou difficile à casser. Les goûts des consommateurs peuvent être inconstants, la concurrence est féroce et les marges bénéficiaires sont faibles. Plus, seulement une poignée de franchises de restaurants – presque tous ici aux États-Unis – ont apporté de gros gains aux investisseurs à long terme. Pour la plupart, les petites et nouvelles entreprises de restauration éprouvent des difficultés, ou ne réussissent pas du tout.

Néanmoins, de temps en temps une chaîne crée et maintient un public fidèle et se développe de manière rentable. Selon les recherches du groupe Perry, les restaurants qui existent depuis au moins une décennie sont incroyablement résistants. Bien que volatils et toujours menacés par les tendances négatives de l’industrie, les stocks de restaurants qui se sont maintenus pendant un certain temps sont un pari solide sur la tendance mondiale croissante à ce que quelqu’un d’autre fasse la cuisine. Cinq qui sont achetés pour 2020 (et au-delà) sont McDonalds (NYSE: MCD), Starbucks (NASDAQ: SBUX), Texas Roadhouse (NASDAQ: TXRH), Shake Shack (NYSE: SHAK), et Miam Chine (NYSE: YUMC).Un groupe de personnes grillant hors écran avec des boissons sur une table pleine de plats variés.

Source de l’image: Getty Images.

Tout d’abord, une mise à jour sur l’état de l’industrie de la restauration

Les dépenses de consommation au restaurant ne cessent d’augmenter depuis la crise financière de 2008/09. En fait, selon le US Census Bureau, l’argent dépensé au restaurant est égal à celui dépensé dans les épiceries pour la première fois cette année. Cela devrait signifier une aubaine pour les restaurants.

Mais pas si vite. L’industrie s’est développée plus rapidement que la demande des consommateurs ne peut suivre. Cela se traduit par du «cannibalisme», lorsque de nouveaux magasins volent du trafic aux magasins existants. C’est une mauvaise nouvelle, car une baisse du trafic signifie une baisse des ventes comparables dans les magasins (une combinaison de trafic piétonnier et de la taille moyenne des billets des clients), ce qui signifie à son tour des marges bénéficiaires plus faibles pour les restaurants.

De plus, les services de livraison ont augmenté, accélérés par des goûts de GrubHub (NYSE: GRUB) et Uber (NYSE: UBER) Mange. Associé à des années d’expansion excessive au sein de l’industrie de la restauration elle-même, la demande de livraison et d’autres méthodes de commande de plats numériques ont signifié que les résultats déjà minces sont devenus encore plus minces pour de nombreux établissements. Autrement dit, bien que les repas au restaurant soient en hausse, tout le monde n’a pas été gagnant. Selon le chercheur de l’industrie TDn2K, le trafic piétonnier moyen dans les magasins est en baisse totale depuis des années et les ventes de magasins comparables ont été au mieux aléatoires.

Après avoir montré quelques premiers signes d’amélioration en 2018 et au début de 2019, le problème des ventes comparables remonte la tête et est devenu légèrement négatif. Malheureusement, cela jaillit de peur que l’économie ne se dirige vers un ralentissement sérieux – peut-être même une récession – qui ne serait pas une bonne nouvelle pour les entreprises de préparation des aliments sensibles aux consommateurs.

Cinq franchises de restaurants à acheter maintenant

Néanmoins, avec cette toile de fond de l’industrie à l’esprit, certaines chaînes surpassent la moyenne. Bien qu’il reste à voir si un événement de récession redouté se produit ou non, les mauvaises nouvelles ne signifient pas que tout le monde se comportera mal. Même en période de déclin de l’activité économique, certains restaurants restent un choix incontournable, s’adressant à des convives soucieux de leur valeur, s’inspirant des nouvelles tendances alimentaires ou gagnant généralement avec des expériences alimentaires nouvelles et innovantes. McDonald’s, Starbucks, Texas Roadhouse, Shake Shack et Yum China ne sont peut-être que cinq de ces établissements.

McDonald’s, le roi de la montagne de hamburgers

La chaîne emblématique de la restauration rapide connaît une croissance incessante, les actions ayant doublé de valeur au cours des cinq dernières années. Même en tant que plus grand restaurant du monde, McDonald’s continue de gagner car il s’agit d’une expérience très convoitée dans les marchés émergents d’Europe de l’Est, d’Asie et d’Amérique latine. Au cours du troisième trimestre de 2019, par exemple, les ventes à l’échelle du système ont augmenté de 5% en glissement annuel, avec une augmentation des ventes comparable de 8,1% pour son segment « International Developmental Licensed ».

Même dans les marchés développés, y compris aux États-Unis, la stratégie de croissance de McDonald’s a fonctionné récemment. Au troisième trimestre 2019, les compositions aux États-Unis ont augmenté de 4,8%, bien mieux que la moyenne des restaurants américains. Au cours des dernières années, la stratégie a tourné autour de la refranchisation des magasins à ses partenaires (un bénéfice plus élevé et une proposition de risque plus faible que la gestion des magasins par le biais de l’entreprise) et l’amélioration de sa combinaison de menus avec des articles premium qui offrent de meilleures marges bénéficiaires. Plus récemment, la technologie est devenue le pivot. La commande en ligne, les services de livraison et les options de commande à l’avance et de ramassage ont été promus; même un acquisition de technologie a été fait pour améliorer les menus au volant et augmenter la vente incitative des clients via des suggestions de modules complémentaires.

Mais qu’en est-il du mot « R »? En cas de récession, McDonald’s pourrait être l’un des meilleurs choix de l’industrie – comme il y a dix ans lors de la crise financière. La nourriture à la valeur est toujours un puissant levier sur lequel les arcs dorés peuvent tirer, et à grande échelle, la société peut jouer le jeu de la guerre des prix de manière rentable. De plus, l’action rapporte un dividende de 2,6% par an après une récente augmentation de salaire trimestrielle à l’automne 2019. Ce paiement aidera à atténuer le coup d’un retrait de l’action.

Graphique MCD

Les actions de McDonald’s ont en fait augmenté pendant la crise financière de 2008/09. Données par YCharts.

En attendant, une récente baisse des actions de McDonald’s après la licenciement du PDG Steve Easterbrook présente une opportunité d’achat. McDonald’s se négocie pour 25,4 fois les bénéfices sur 12 mois et 22,9 fois les bénéfices à terme sur 12 mois – dont aucun n’est de la valeur. Le bénéfice par action à terme moyen sur un an du S&P 500 (les 500 plus grandes sociétés ouvertes aux États-Unis) est de 18,7. Wall Street prévoit une augmentation à deux chiffres de ses résultats nets au cours de l’année à venir, et le géant du hamburger va donc chercher une prime. Mais avec des ventes haut de gamme toujours fortes, cela ne semble pas être un prix totalement déraisonnable à payer compte tenu de la solide histoire du plus grand restaurant du monde.

L’empire du café de Starbucks continue de s’étendre

Tout comme McDonald’s, Starbucks est également en baisse par rapport à son record historique récemment établi. Certes, les actions ont augmenté de plus de 50% en 2019 à ce jour pendant les mois d’été, dépassant les résultats commerciaux réels; mais les chiffres ont néanmoins roulé pour montrer une dynamique positive ici et à l’étranger, de sorte que le retrait à deux chiffres du titan du café ressemble à un moment opportun pour effectuer un achat.

Déjà bien ancré dans la culture du café aux États-Unis et dans de nombreux autres marchés développés, Starbucks s’est également tourné vers la technologie et l’innovation des menus pour générer des résultats – vraiment, l’un des pionniers de la technologie de la restauration ici aux États-Unis. Grâce à son programme d’applications et de récompenses et à une liste renouvelable de promotions et de promotions saisonnières, Starbucks en Amérique a connu une excellente année 2019. Les ventes aux États-Unis ont augmenté de 5%, dont une hausse de 6% au cours du quatrième trimestre.Une tasse Starbucks assise sur un comptoir.

Source de l’image: Starbucks.

L’autre moitié de la stratégie de croissance de Starbucks se situe à travers le Pacifique en Chine. On pourrait conclure qu’un ralentissement de l’économie dans l’Empire du Milieu exacerbé par une guerre commerciale avec les États-Unis serait une mauvaise nouvelle pour les cafés haut de gamme, mais ce n’est pas le cas. Les ventes en Chine ont augmenté de 4% en 2019 et le nombre de magasins internationaux a augmenté de 11%, grâce à une augmentation du pourcentage des adolescents en Chine. Guerre commerciale ou pas, le consommateur de la deuxième économie mondiale se porte très bien.

La direction de Starbucks a également publié des objectifs ambitieux pour 2020: une nouvelle croissance mondiale des ventes de 3% à 4% et une autre augmentation du pourcentage d’adolescents dans les magasins en Chine. Au total, la société prévoit d’ouvrir environ 2 000 autres magasins pour un total de plus de 33 000 d’ici la fin de l’exercice 2020. Cela consoliderait encore Starbucks en tant que deuxième restaurant le plus précieux et continuerait de réduire l’écart avec le leader McDonalds. Les actions ne sont pas bon marché – évaluées à 24,7 fois les bénéfices à terme sur un an – mais il s’agit toujours d’une entreprise en croissance avec un dividende de 2% en bonus supplémentaire. Il s’agit d’une entreprise de qualité qui vaut la peine d’être achetée et détenue pour le long terme.

Le restaurant décontracté de Texas Roadhouse est un grand succès

Alors que le reste des actions se concentre ici sur la restauration rapide et ses pairs plus rapides et plus sains (qui combine des éléments de restauration rapide avec un service assis), Texas Roadhouse demeure dans le segment des services complets de restauration décontractée. En tant que tel, le steakhouse sur le thème du Texas a dû gérer de fortes augmentations des salaires minimums de l’État qui ont commencé à entrer en vigueur à la fin de 2018. Les augmentations de salaire ont fait grimper les résultats cette année, et le stock est en baisse de certains En conséquence, 20% des records absolus.

Au-delà des augmentations de salaire, cependant, Roadhouse demeure un des meilleurs restaurateurs de sa catégorie. Même si les ventes et le trafic piétonnier comparables dans l’industrie ont diminué, la chaîne a maintenu une traction positive et constante. Les compositions dans les magasins corporatifs ont augmenté de 4,4% et les compositions de magasins franchisés ont augmenté de 3,2% au troisième trimestre 2019, dépassant toutes les deux la moyenne de l’industrie. En fait, il affiche une croissance positive des comps depuis des années. Associé à l’approche lente et constante de la direction pour la construction de nouveaux emplacements, les ventes totales ont augmenté de 10% grâce à trois quarts de 2019. Pas mal du tout pour un restaurateur avec quelque 600 magasins.

Un mauvais début d’année pour le résultat net (principalement en raison des hausses de salaires) se modère également, car Roadhouse termine de clore la première série d’augmentations du salaire minimum imposées par l’État. Le bénéfice a bondi de 29% au troisième trimestre, une tendance qui devrait se poursuivre les augmentations de salaire commencent à se modérer avec le temps. Depuis le début de 2019, le bénéfice par action est désormais en hausse de 4%. En cours de route, la société continue d’investir dans le développement de nouveaux magasins et prévoit toujours une croissance moyenne des compositions à un chiffre dans les magasins existants. Sa stratégie de cibler l’Amérique suburbaine et de servir de généreuses portions de nourriture à un prix abordable est une proposition de restauration qui résonne avec les convives.Une assiette avec du steak, du poulet frit et des légumes du Texas Roadhouse.

Source de l’image: Texas Roadhouse.

En plus de sa marque homonyme, Texas Roadhouse est également au début de la construction de sa nouvelle chaîne de bars sportifs Bubba’s 33. Il y en a moins de deux douzaines pour le moment, mais les premiers résultats sont prometteurs. Au cours du troisième trimestre, la poignée de magasins a enregistré une augmentation de 8,8% de ses composants, de sorte que huit autres seront construits en 2020 pour doubler le succès. L’action se négocie pour 22,1 fois les bénéfices à terme sur un an, ce qui pourrait être une évaluation plus que juste si le rebond des bénéfices à deux chiffres se poursuit. Un dividende de 2% ne fait certainement pas de mal non plus.

Shake Shack et le boom du meilleur hamburger continuent d’avancer

Nous allons prendre un moment de départ des chaînes bien établies mais toujours en croissance et regarder Shake Shack. La chaîne de hamburgers, de hot-dogs et de milkshake basée à New York est loin d’être un point d’achat raisonnable utilisant la rentabilité comme mesure (le prix à terme sur 12 mois par rapport aux bénéfices évalue le stock à 98,9 fois). Néanmoins, celui-ci concerne l’avenir, car le concept fast-casual continue de se développer à une vitesse vertigineuse au détriment des rendements nets maintenant.

Travaillant à partir de sa base de magasins basés principalement dans le nord-est des États-Unis, la Shack moyenne réalise plus de 4 millions de dollars de ventes par an – l’un des meilleurs taux dans le secteur de la restauration, rivalisant avec le succès fulgurant de Chick-fil-A qui fait également la moyenne plus de 4 millions de dollars par an et par emplacement – et les compositions ont augmenté de 2% au troisième trimestre. La société a apporté ce succès dans les villes du reste des États-Unis, ainsi que la franchise de Shacks à des partenaires internationaux. Onze magasins nationaux et six magasins internationaux ont été ouverts au cours du troisième trimestre seulement, ce qui porte le nombre total à plus de 250. Cependant, alors que Shake Shack se développe sur de nouveaux marchés, certains de ses nouveaux emplacements ne sont pas aussi occupés que les premiers dans le nord-est des États-Unis.

Cependant, cela ne fait pas échouer les nouveaux magasins. La marge bénéficiaire au niveau de la cabane (ventes de restaurants moins les dépenses au niveau des restaurants) devrait atteindre 22% à 22,5% d’ici la fin de l’année, un taux sain pour une chaîne occupée et en croissance et plus qu’assez de place pour fournir un fond sain. retour de ligne un jour lorsque la croissance torride de la chaîne ralentit. Ainsi, après l’ouverture de dizaines de Shacks en 2019, la direction prévoit de couper des rubans pour au moins 40 autres aux États-Unis et 20 à 25 à l’international en 2020.

J’ai critiqué Shake Shack dans le passé, mais pas parce que l’entreprise se porte mal. En fait, bien que le secteur des hamburgers soit bondé, Shake Shack continue de surprendre avec une exécution solide et une foule exubérante dans ses magasins. Ma critique porte principalement sur la valorisation des actions, comme après plus que doublé en moins d’un an jusqu’à l’été 2019. Il y a eu un recul brutal depuis le rapport du troisième trimestre, cependant, rapprochant les choses de la terre et réinitialisant les actions conformément à la croissance des ventes au cours des dernières années. Échangeant maintenant pour 3,4 fois les ventes sur 12 mois (contre plus de 5 fois les ventes au cours de l’été), cette meilleure entreprise de hamburgers à croissance rapide semble mériter d’être grignotée.

Graphique SHAK

Données par YCharts.

Yum China pense toujours que KFC a un grand potentiel en Chine

Ce dernier choix est également unique: c’est la seule entreprise non basée aux États-Unis sur la liste. Bien qu’il gagne la part du lion des revenus des Kentucky Fried Chicken et, dans une moindre mesure, des magasins Pizza Hut, Yum China paie les droits sur ces noms de son ancienne société mère Miam! Marques (NYSE: YUM). Cependant, Yum China est le titulaire exclusif de la licence de KFC, Pizza Hut et Taco Bell en Chine, et est d’ailleurs le plus grand opérateur de restauration du pays.L'extérieur d'un magasin KFC en Chine, conçu avec une ligne de toit architectural chinois en pente.

Source de l’image: Yum China.

Comme Starbucks et sa dépendance à l’égard de la nation la plus peuplée du monde pour sa croissance, on pourrait penser que l’économie atone de la Chine ces deux dernières années compromettrait Yum China. Cependant, le consommateur de la classe moyenne continue de se développer et les dépenses de restauration augmentent. À savoir, les ventes de Yum China ont augmenté de 4% grâce à la trois premiers trimestres de 2019et le bénéfice par action ajusté a augmenté de 15%. Ce n’est pas un chiffre aussi robuste que passé récent, mais néanmoins des chiffres solides d’une chaîne massive qui exploite plus de 8 900 magasins à travers la Chine.

Au fil du temps, la direction pense qu’il y a beaucoup de place pour continuer à croître. Le poulet frit est un aliment incroyablement populaire sur l’immense marché chinois. Ainsi, l’objectif à long terme de Yum China est d’étendre sa base à 20 000 magasins; mais, si vous êtes sceptique, il a plus que KFC et Pizza Hut à sa disposition pour le faire. Il a également Taco Bell (il n’en a que trois à ce jour, situé à Shanghai); il a récemment lancé sa propre marque de café COFFii & JOI au début de 2019 pour capitaliser sur l’intérêt croissant de la Chine pour la boisson (le thé éclipse toujours la consommation de café, mais cela change rapidement); et elle a également récemment acquis une participation majoritaire dans la chaîne de hot pot Huang Ji Huang qu’elle ajoutera à une poignée d’autres petites marques chinoises qu’elle possède déjà.

En fin de compte, Yum China est vraiment un pari sur la prospérité croissante du consumérisme chinois. Et, malgré la faiblesse économique, ce consommateur se porte plutôt bien. Les actions sont loin des sommets récents à deux chiffres et s’échangent pour 21,9 fois les bénéfices à terme. Je pense que KFC continuera à bien faire en Chine, en finançant les efforts d’expansion de son titulaire avec d’autres marques locales. Alors que l’économie chinoise est toujours en baisse, cela semble maintenant être un bon moment pour acheter.

Continuez à parier sur les gagnants

L’industrie de la restauration est brutale et le problème de la baisse du trafic piétonnier (ainsi que le problème récurrent des ventes comparables) ne montre pas de signes de relâchement de sitôt. Même quand même, il y a des restaurants qui battent les moyennes, et dans une entreprise où les marges bénéficiaires serrées sont la norme, ce genre d’élan est important. Ainsi, ces cinq actions qui ont de bons antécédents d’exécution sur la croissance mais hors de leurs points forts ressemblent à de bons achats en 2020.